12 Jan 2024

L’art de perdre

Histoire contemporaine, Théâtre
Naïma travaille dans une galerie d’art à Paris quand les attentats résonnent comme un électrochoc : cela la renvoie à sa peau mate, à ses cheveux bouclés, à ses origines, au silence de son père, et à la honte de son grand-père harki.
Alice Zeniter
Compagnie La Ronde de Nuit
D’après l’Art de perdre, roman publié aux Éditions Flammarion.
Prix Goncourt des lycéens 2017
Partagez
L’art de perdre
Naïma travaille dans une galerie d’art à Paris quand les attentats résonnent comme un électrochoc : cela la renvoie à sa peau mate, à ses cheveux bouclés, à ses origines, au silence de son père, et à la honte de son grand-père harki.

À travers la relation qui lie Naïma à sa grand-mère, la gardienne du temple, elle reconstitue le puzzle de sa famille et interroge ses racines pour se reconstruire ! Non sans humour, les anecdotes familiales se succèdent et permettent à Naïma de se sentir apaisée.


L’art de perdre débute comme un conte et se transforme en saga historique. La narratrice, Naïma, 30 ans, part en quête de réconciliation avec la mémoire de sa famille. Alors que nous avons fêté en 2022 l’anniversaire des 60 ans de l’Indépendance de l’Algérie, L’art de perdre pose la question de la transmission : que veut dire transmettre un pays, une culture, une langue, une histoire ou même des silences ? Les personnages représentent trois générations : celles de nos grands-parents, de nos parents et la nôtre. Sabrina Kouroughli


Presse

« Entre tristesse, colère et excitation, l’enquête se met en place et fait bouger les lignes des trois générations. Les trois acteurs sont formidables de sobriété, de dignité et de sincérité dans leur jeu ». Les Petites Affiches du Vaucluse


Texte Alice Zeniter / Mise en scène et adaptation Sabrina Kouroughli / Collaboration artistique Gaëtan Vassart / Dramaturgie Marion Stoufflet / Son Christophe Séchet / Regard complice Magaly Godenaire / Interprétation Fatima Aibout, Sabrina Kouroughli et Issam Rachyq-Ahrad.

Production Compagnie La Ronde de Nuit. Coproduction Théâtre Gérard Philippe-CDN de Saint-Denis. Avec l’aide au projet de la DRAC Île-de-France, Ministère de la Culture, de la Spedidam. Avec le soutien du Centquatre-Paris, et au Carreau du Temple-Paris. Avec l’Aide au projet de la DRAC Île-de-France – Ministère de la Culture.
© Gaëtan Vassart