D-klik Interactiv

Renseignements

03 84 28 39 42
contact@theatredupilier.com

ACCÈS PROFESSIONNELS

spectacles

Le chemin du serpent

D'après le roman de Torgny Lindgren.

Production Théâtre du Pilier
Coproduction Théâtre Granit, Scène nationale Belfort
Création 2014
Spectacle présenté en partenariat avec Le Granit, scène nationale, Belfort

Théâtre


Vendredi 17 octobre
20h30
Espace Louis Jouvet
Belfort

Samedi 18 octobre
20h30
Espace Louis Jouvet
Belfort

Réservations :
03.84.28.39.42
contact@theatredupilier.com

Je réserve en ligne

Traduction Elisabeth Backlund
Adaptation et mise en scène
Marc Toupence
Scénographie Antonin Bouvret
Création lumières  Jean-Claude Caillard
Création son et régie générale
Ali Laouadi
Régie lumière Caroline Grillot
Création costumes Carole Birling
Interprétation Benoît Giros, Sandrine Nicolas, Ludmila Ruoso, Marc Voisin, Leslie Montagu.


Production Compagnie Théâtre du Pilier
Coproduction Théâtre Granit, Scène nationale Belfort
Soutien TAPS Strasbourg

«Seigneur, vers qui nous tourner ?»

 Tel est le lancinant refrain qui rythme ce roman incantatoire dans lequel Jani, dernier descendant d’une famille détruite - interpelle le Très Haut et lui raconte, dans son langage proche des Écritures, les injustices qui ont frappé sa famille. Il a deux ans lorsque sa mère, Téa, encore jeune femme, fait le compte de son maigre patrimoine. Il ne lui reste qu’une cabane de bûcheron dont elle doit payer le fermage et quelques terres hypothéquées à un vieux et riche marchand, Ol Karlsa. Ce dernier insiste pour que le fermage soit payé. Ne pouvant acquitter sa dette, Téa est contrainte de «régler en nature» et son corps devient alors monnaie d’échange...
               
Entre 2008 et aujourd’hui, aux Etats-Unis et en Europe, plusieurs centaines de milliers de familles ont été expulsées car elles n’étaient plus en mesure de rembourser leurs prêts immobiliers. Ces prêts à taux variables étaient conçus, non pour être remboursés, mais pour optimiser la rentabilité des organismes de crédits.  Les grands établissements bancaires « devaient » prêter de l’argent qu’ils se procuraient à moindre coût auprès de la FED. Il fallait donc écouler cette manne d’argent peu cher et donner l’illusion à des milliers de familles qu’elles étaient en mesure d’accéder à la propriété.
Cette situation aujourd’hui avérée et reconnue ne fait pas partie des sujets traités dans les médias. Avec ce spectacle, adapté du roman de Torgny Lindgren, je voulais m’éloigner de l’actualité en transposant ce sujet dans une autre époque pour mieux mettre ces thématiques en discussion et par le théâtre, proposer un espace de réflexion sur les mécanismes de l’endettement et ses conséquences.
                                                                                                                                Marc Toupence

Extrait
« Mais plus tard, qu’il a dit grand-père, plus tard il nettoierait derrière l’étable, ça ferait un petit coin en plus pour l’orge, et il creuserait un fossé sur toute la déclive et un bout vers le marais et ça donnerait à la fois de l’herbage et du pâtis, plus tard, il pouvait promettre qu’il aurait une bonne récolte, il aurait même de l’argent en poche et il aurait des veaux et des chevreaux et des agneaux et des peaux et la miséricorde et la bénédiction de Dieu.
Mais Ol Karlsa n’a pas accepté les plus tard. »

)
Partager sur Facebook Partager sur Twitter